30 Avenue Montaigne

Ce weekend, les Maisons du groupe LVMH ouvraient leurs portes pour partager avec le public le savoir-faire et la beauté des gestes de leurs artisans.

Pas moins de 6 mois ont été nécessaires à la mise en place de cet évènement afin de proposer une visite de qualité, à l’image de l’exigence du groupe. Cette année, le programme proposait de découvrir entre autres les Maisons Chaumet, Berluti, Kenzo, Moët&Chandon.

N’ayant pas eu la chance d’obtenir mon sésame l’année dernière, et ne voulant pas patienter des heures durant pour espérer rentrer, j’ai guetté l’ouverture des places « coupe-file », et me suis jetée sur Dior !

Les Salons de l’Avenue Montaigne avaient été aménagé pour l’occasion. On s’arrête d’abord sur le « palier » de cet hôtel particulier, adresse historique de la Maison. C’est ici qu’ont eu lieu les premiers défilés. Dans les escaliers, les robes sont exposées, comme au temps de Christian Dior. On admire alors la robe que portait Nicole Kidman lors de la cérémonie d’ouverture du festival de Cannes.

On découvre ensuite tous les savoirs-faire.

On commence par les Tailleurs Homme. Près de 250 pièces de tissus sont nécessaires à la confection d’un costume, dont environ 220 ne sont pas visibles.

On passe des souliers Dior, à la confection des célèbres Lady Dior. Offert par Bernadette Chirac à Lady Di en 1995, le nom de ce sac de légende est trouvé. Il s’appellera Lady Dior. 1 jour est nécessaire à la confection d’un sac, entre 4 et 5 s’il s’agit de peausserie exotique.

Direction l’Atelier Haute Couture Tailleur. Assurer l’architecture et la structure de la veste Bar : telle est la ligne de conduite de cet atelier. A l’Atelier Flou, on découvre la création des courbes légères des modèles de la Haute Couture. C’est dans cet atelier que sont réalisées les commandes des riches clientes, notamment de nombreuses robes de mariées des femmes du Moyen Orient.

On passe ensuite à l’Atelier Broderie. Le point de Lunéville, datant de 1810, est toujours d’actualité. Le geste est magnifique, la technique remarquable, le résultat… brillant !

A l’Atelier Horlogerie, la montre Dior Grand Bal n’a plus de secret pour nous. Une version en plumes de coq Gallus Gallus à 55 000€, et une version en diamant à 25 000€… l’heure n’a pas de prix ! 1 plume de coq est nécessaire à la réalisation des 25 petites plumes comprises dans la masse oscillante intégrée au cadran de la montre.

Victoire de Castellane est à la tête de l’Atelier Haute Joaillerie. Pas un modèle ne sort des ateliers sans sa validation. C’est elle qui imagine chaque modèle que les artisans joailliers réalisent. En un mot : époustouflant.

Enfin, on passe au Parfum. Les ateliers de parfumerie Dior élaborent la signature olfactive de la Maison depuis 1947 et Miss Dior, le tout premier parfum de la Maison.

La visite touche à sa fin.Le temps est passé beaucoup trop vite.

On laisse un message dans le livre d’or. Et on repart avec des étoiles plein les yeux ;-)

2

2 thoughts on “30 Avenue Montaigne

  • Quelle chance! Il faudra que je pense à réserver pour l’année prochaine, je n’ai pas eu le courage de faire le pied de grue pendant des heures :'(

  • Moi non plus ! Du coup cette année, je me suis mise une alerte pour ne pas louper l’ouverture des inscriptions ;-) Et tu rentres tout de suite pour la visite !

Partagez votre avis !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.